« Mes petites filles »

C’était hier dans l’ascenseur à l’Assemblée nationale. Je suis avec ma collègue. Un député entre. En guise de bonjour il nous lance un « mes petites filles » et un regard lourd.

Sa place dans l’ascenseur se fait oppressante, inévitable.

Gros blanc. Regard interrogateur, envie de lui mettre mon poing dans la gueule. Mais zéro réaction. Je suis juste scotchée.

Voilà ce que c’est le quotidien. Aussi simple que ça. Être toujours remise à sa place, se voir toujours rappeler l’infériorité,  l’inégalité.

Et s’en vouloir de ne pas avoir répondu, de ne pas avoir eu la bonne petite réplique qui permettrait de sortir de l’ascenseur la tête haute.

Assemblée nationale, ascenseur du 3 rue Aristide Briand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s