L’histoire sans fin

Fraîchement arrivée dans une direction régionale en tant que travailleur handicapée. J’étais motivée et plein d’entrain d’intégrer ce nouveau travail mais les choses ont vite tourné.

Le collègue avec lequel je travaillais a eu des propos outrageant comme « ramène ton cul » ou “il faut regarder avant de s’en servir » en pensant que je regardais sa chose. Il m’envoyait des élastiques ou autres boulettes de papier pour attirer mon attention ou devenait odieux en me demandant d’aller lui faire réchauffer son plat. Lors d’un déplacement au début, je me sentais tellement stressée, comme si quelque chose me dérangeait, il a baissé le siège, m’a effleuré la main à deux reprises. J’étais comme figée.

J’en ai parlé à mon chef au bout de 8 mois et l’on m’a enlevé le dossier au bout d’un an. J’ai appris récemment que je devais retravailler avec lui alors qu’il a soit disant reçu une lettre pour harcèlement. J’ai eu confirmation de cette information par le directeur régional et la secrétaire de direction. Il s’avère qu’aujourd’hui quand j’en parle à mon chef, il me dit « mais quel courrier » et a arrêté la discussion sur le champ. Mon collègue est coutumier de ce genre de propos. Je l’ai entendu interpeller mes collègues une fois de « morue » ou encore au niveau des ascenseurs quand l’une d’elle a failli rester coincée, il a rétorqué « fais gaffe je pourrais te prendre par derrière ». Elles ça les fait sourire donc moi je n’ai juste qu’à me taire et arrêter de me plaindre. Sous prétexte que l’on connaît un peu sa façon d’être on l’excuse. Moi, je crois plutôt que la direction n’a pas trop envie de voir cette histoire au grand jour et essaye d’étouffer l’affaire.

Il faut savoir que pendant plus d’un an je suis rentrée chez moi en pleurant, m’enfermant dans ma chambre tout le week-end, ne sortant plus. J’étais vide de sens, salie..

Aujourd’hui, je vais mieux car heureusement ma famille, des collègues bienveillantes m’ont soutenu malgré qu’il se trouve toujours en face de moi et que mon chef ne fait rien pour arranger la situation. J’ai demandé plus de dossiers afin d’être occupée le plus possible mais quand il est présent je sens bien que je ne suis pas la même et que j’ai du mal à me concentrer. Je n’ai pas porté plainte car je n’avais aucune preuve. En attendant il continue à avoir des propos déplacés mais il est cadre alors on ne peut rien lui dire.

Comment peuvent-ils penser que je revendique cela pour le plaisir. Un jour il a même dit quand l’appellation de notre DR à changer “je t’en foutrai ministère de la femme.. ».

Voilà à qui je suis confrontée tous les jours mais je compose avec, pour le bien de mon travail.

Merci de m’avoir lue.
Nantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s