« Pardon ma petite … »

ma-petite

Représenter son parlementaire lors des événements officiels est une activité sympathique et divertissante après une longue journée de labeur administratif.

C’est lors d’un cocktail en Préfecture, avec des élus, hauts fonctionnaires et personnalités locales, que j’ai vécu une gêne des plus profondes.

Alors que les gens se bousculaient pour arriver au buffet et attraper leur flûte de champagne, je prenais le temps de discuter avec un colonel de gendarmerie d’affaires locales. Je sentis alors, dans mon dos, deux grosses paluches pleines d’assurance m’empoigner par les hanches fermement pour me demander de me pousser sous couvert d’un « pardon, ma petite ». Je ne connaissais pas cet homme portant fièrement sa légion d’honneur sur son blazer.

Mon visage s’est décomposé, j’ai sursauté et suis restée bêtement bouche bée. Une gêne générale s’est faite ressentir mais la peur de me donner en spectacle en réagissant a pris le dessus. Je le regrette à présent.

 

En préfecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s